La restauration grand public, hors domicile, s'enrichit de trois franchises marocco-marocaine

La restauration grand public, hors domicile, constitue l'une des branches qui se développe le mieux sous la forme de franchise. Elle représente aujourd'hui 9 % des réseaux de franchise opérationnels au Maroc.

Dans ce marché, en constate ébullition, des concepts marocains s'adjugent la part du lion. Toutefois la restauration traditionnelle qui s'adresse à l'ensemble de la population, sans discrimination, se trouve aujourd'hui, confortée à la concurrence des franchises internationales, plus sélectives et ciblant des tranches de population spécifiques.

Ainsi donc, par exemple, Mc Donald's, Pizza Hutt, parmi les enseignes les plus actives sur le marché drainent la population des enfants (accompagnés le plus souvent des parents) et les jeunes appartenant plutôt à la CSP A et B (classes supérieures au Maroc).

Mais malgré tout la croissance des franchises dites « fast food », ce secteur enregistre des résultats mitigés : pour certains concepts, la sauce prend, pour d'autres l'échec a été au rendez–vous.

En effet, sur une douzaine d'enseignes qui se sont intéressées au Maroc, deux au moins ont dû rendre le tablier et quitter le marché : les américains SCHLOT ZLAY'S DEHI ET DAIRY QUEEN.

Dans cet environnement, Mr HSSISEN a osé lancé sur le marché trois nouvelles enseignes : KIOTORI (concept inspiré du Japon) Tsha – Tsha (concept d'influence espagnole) et  Pasha Solo (concept qui met en avant la pâte italienne). Après avoir expérimenté durant 20 mois son concept KIOTORI, il explique son succès par le fait d'avoir su satisfaire les attentes de la clientèle marocaine ciblée : répondre à besoin de vaincre la routine et d'aller vers l'autre … la recherche de diversité et d'évasion.

Pour offrir à ses clients l'impression le dépaysement et l'évasion, Mr HSISSEN a tout investi dans la décoration et la « Mise en ambiance ». Après un repas de 30 à 60 minutes au KIOTORI, le client est ravi d'avoir passé un bout de sa journée au Japon.

La première franchise KIOTORI, vendue à Rabat, a valu en droit d'entrée la coquette somme de 2 Millions de Dirhams.

Le succès de KIOTORI a enfanté le projet « Tsha – Tsha  : poisson d'Espagne » et Pasta solo  : pâte d'Italie » qui promettent d'attirer bien des foules et justifient des droits d'entrée tout aussi alléchants.

Mr HSISSEN affirme : « certes mon process est éprouvé. Mais pour mériter mes lauriers, je me dois sans relâches, auditer mes concepts, en terme de menus, de cadre, d'ambiance, d'animation et … de ressources humaines »  



Articles similaires

Quelles sont les limites d'intervention d'un franchiseur pour aider son franchisé

par MARTINE MALATERRE - 28 jours

Si par définition elle est contractuelle, l'assistance du réseau à un franchisé est donc un devoir mai elle peut prendre des visages différen...

Le cadre juridique de la franchise en Tunisie

par Ministère du commerce Tunisien - un mois

La franchise en Tunisie. Exposé du ministère du commerce tunisien au salon Tunis Medfranchise le 6 décembre 2017 La définition du contrat de franchise (article 14 de la loi n°2009-69) : C’est "un contrat par lequel le propriétaire d’une marqu...

Les dangers de croire que la Franchise est un Eldorado

par Jean Samper - un mois

Dans les affaires, aucun procédé, aucune formule miraculeuse ne peut garantir le succès ou apporter la réussite "sur un plateau" sans effort. Le franchisage réduit le nombre et la taille des obstacles, accélère le développement, permet de copier d...

Informations clés

  • Crée le: 20/07/06 02:00

Les franchises qui recrutent