Quand la franchise s'invite dans les multimarques…

Un commerçant peut souhaiter étendre son activité en installant un corner (un rayon) d'une grande enseigne au sein de sa boutique multimarques. On parle alors de franchise-corner. Cette façon de concevoir l'activité est parfois judicieuse. En étalant ces corners à travers le pays, cette franchise permet de multiplier les chances de faire connaître sa marque à travers un territoire beaucoup plus large sans que la rentabilité des magasins qui l'abritent ne dépende que d'elle. 

Quel est l'intérêt d'une telle pratique ?

Avant tout, le corner permet donc de s'implanter là où un magasin 100 % franchisé ne serait pas rentable ou lorsqu'on ne trouve pas le local commercial voulu. Avec le principe du corner, le visuel de l'enseigne est à peu près respecté, en tout cas partiellement. En effet, bien qu'étant installé dans un magasin multimarques, le corner est un véritable « petit magasin dans le magasin ». Un stand en d'autres termes, qui aurait le visuel, l'esprit, la devanture, et tout autre aspect marketing de la marque qu'il représente.

Que pèse financièrement une telle formule ?

L'installation de ce type de franchise permettra au franchiseur comme au franchisé de prendre moins de risques. Ouvrir un corner dans un magasin multimarques provoque un moindre coût. Mais le chiffre d'affaires est plus faible. La redevance y est également largement réduite, parfois nulle même car c'est souvent la marge sur le produit qui rémunère le franchiseur.
L'avantage principal pour le franchisé est sans doute qu'il pourra vendre des produits autres que ceux fournis par le franchiseur. Il pourra ainsi étendre sa gamme de produits tout en bénéficiant de la renommée de ces marques. 
Côté juridique, un tel système nécessite pour le commerçant d'installer dans sa boutique des corners respectant les normes et exigences des enseignes choisies, parfois difficile à concilier les unes avec les autres. Il faut ainsi comprendre que l'activité franchisée ne sera alors que partielle.
Cette franchise peut représenter un danger pour le franchiseur ! En effet, laisser un franchisé vendre son produit parmi d'autres peut se révéler délicat.  Autre risque pour le franchiseur : Le franchisé peut mettre en vente des produits qui pourraient ternir l'image de sa marque. C'est pourquoi tous ces détails doivent être mentionnés dans les contrats  afin de limiter les problèmes futurs. Enfin, l'image de marque du franchiseur ne sera de toutes façons pas aussi bien promue.
Et puis, est-ce encore de la franchise ? Souvent on devrait plutôt parler de concession.

La rédaction vous recommande l'article : Commerçants, multifranchisés et multimarques

Articles similaires

Le recrutement des franchisés se fait trop souvent à l'intuition

par jm/js - 12 jours

Le candidat idéal doit avoir tant de qualités que finalement le critère de différenciation sera lié à la relation qui s'établit entre franchiseur et franchisé. Évidemment un bon franchiseur a déterminé un profil type pour le recrutement des franch...

Histoire de la franchise : les bonnes idées mettent parfois du temps à s'imposer…

par DD/JS - 15 jours

Le mot franchise nous vient du moyen-âge. Des seigneurs accordaient à certaines villes ou professions des libertés ou des privilèges sur un territoire délimité mais le sens actuel en est assez loin.

Une formation initiale efficace pour le franchisé

par JD - 16 jours

La formation initiale est déterminante si vous voulez réussir en franchise que ce soit en France, au Maroc ou ailleurs. La première étape en effet est l'acquisition du savoir-faire de votre franchiseur, vérifiez qu'il a prévu une formation de qual...

Informations clés

  • Crée le: 16/09/13 02:00

Les franchises qui recrutent