Les résultats de notre étude sur les candidats à la franchise marocains 1/5

Nous avons décidé de nous intéresser de plus près aux motivations des candidats à la franchise marocains. Nous avons interrogé 1000 candidats marocains. Nous avons souhaité déterminer leurs profils et leurs attentes.

- Le profil des candidats marocains interrogés :

69 % des marocains ayant répondu à notre enquête sont des hommes, 31% des répondants étaient donc des femmes. C'est un constat proche de la France où les candidates féminines sont 38 %.

Les candidats à la franchise marocains sont relativement jeunes. En effet, 40 % des répondants marocains ont entre 25 et 35 ans. 37% des répondants sont âgés entre 35 et 50 ans. Prés des 3/4 des candidats intérrogés sont donc âgés de 25 à 50 ans. Ils sont plus jeunes qu'en France.
- L'origine professionnelle des candidats marocains :

44 % des candidats marocains sont déjà à leur compte contre 22 % des candidats français. 28 % des répondants marocains sont salariés et 13 % sont à la recherche d'une activité professionnelle. Les hommes à leur compte sont plus nombreux que les femmes : 48% contre 31% de femmes.
Il faut comprendre que les candidats marocains à la franchise sont plus souvent qu'en France issus de familles de commerçants et entrepreneurs.
- Le montant de l'apport personnel des candidats marocains :
Taux de conversion : 1 euro = 11,42 MAD au 16/06/2008
Au Maroc, la majorité des habitants disposent de revenus peu élevés en comparaison à un pays comme la France. Une constat qui se ressent également dans le montant de l'apport personnel dont disposent les candidats marocains pour ouvrir une franchise. En effet, les franchisés marocains disposent souvent d'un apport personnel plus faible qu'en France compte tenu de la difficulté d'épargner. 24% des répondants marocains ont déclaré disposer d'un budget oscillant entre 100 000 et 200 000 MAD. Mais, souvent, il ont déjà un local, bien ou mal placé, lequel n'est pas compté dans l'apport personnel en capital.

Rares sont les concepts nécessitant un apport situé entre 100 000 et 200 000 MAD. Il faut créer des concepts locaux. Il faut aussi baisser les droits d'entrée si possible.

Les hommes sont plus nombreux à avoir un apport inférieur à 100 000 MAD : 12% contre seulement 6% des femmes. Cependant pour les apports oscillant entre 100 000 et 200 000 MAD et entre 200 000 et 400 000 MAD, les femmes sont plus nombreuses, avec respectivement : 28,12% des femmes contre 22% des hommes et 12% des femmes contre 11% des hommes.

Cependant dès qu'on franchit le seuil des 700 000 MAD, la proportion des hommes est plus importante que celle des femmes. Par exemple, pour un apport entre 1 000  000 et 2 000 000 MAD, il y'a 7% d'hommes contre seulement 3% de femmes.
Extrait du mémoire de Master 1 de Anne-Rysléne ZAOUAL pour AC Franchise

Articles similaires

Multi-franchise ou Pluri-franchise, comment faire le bon choix ?

par HK - 15 jours

Le modèle de la franchise offre des opportunités de développement quasi infinies. Iil vous est possible de nouer un nouveau partenariat avec votre premier franchiseur et de devenir ainsi multi-franchisé de l’enseigne. Vous pourrez également faire ...

Le recrutement des franchisés se fait trop souvent à l'intuition

par jm/js - un mois

Le candidat idéal doit avoir tant de qualités que finalement le critère de différenciation sera lié à la relation qui s'établit entre franchiseur et franchisé. Évidemment un bon franchiseur a déterminé un profil type pour le recrutement des franch...

Histoire de la franchise : les bonnes idées mettent parfois du temps à s'imposer…

par DD/JS - un mois

Le mot franchise nous vient du moyen-âge. Des seigneurs accordaient à certaines villes ou professions des libertés ou des privilèges sur un territoire délimité mais le sens actuel en est assez loin.

Informations clés

  • Crée le: 21/07/08 02:00

Les franchises qui recrutent