Le Maroc séduit les entrepreneurs français

Avec une croissance de son PIB comprise entre 4,5 et 5 % en 2011, le Maroc affiche de belles perspectives économiques pour les prochaines années et attire toujours plus les entrepreneurs de l'Hexagone (NDLR : dont des franchiseurs et même des franchisés).

Pour les chefs d'entreprise français, le Maroc possède sans aucun doute de nombreux points forts : proximité géographique mais aussi culturelle, linguistique, juridique et fiscale ; infrastructures publiques de qualité et en constante amélioration ; et surtout une importante main d'œuvre qualifiée à des coûts raisonnables (la durée légale du travail de 44 heures, le montant mensuel du SMIC brut est de 1 900 dirhams*, les charges patronales s'élèvent à 15,10 % et les charges sociales salariales à 4,29 %) et la présence de systèmes publics d'incitation au développement de certains secteurs.

A propos des régimes juridiques

Concernant la proximité juridique, on notera que les formes juridiques des sociétés marocaines ressemblent étrangement aux françaises : les SARL peuvent être constituées par un ou plusieurs associés (jusqu'à cinquante), le montant du capital social minimal étant de 10 000 dirhams* ; la SA est une société de capitaux rassemblant au moins cinq actionnaires sans limité maximale… d'autres formes de société comme la société en commandite simple, la société en commandite par actions ou la société en noms collectifs sont comparables à celles existants en France.

A propos de la fiscalité

Sur la question de la fiscalité, le taux de l'impôt sur les sociétés est fixé à 30 % avec un montant minimum correspondant à 0,5 % des produits d'exploitation. Ce taux s trouve réduit à 15 % pour les entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires de 3 millions de dirhams. Concrètement, les entreprises étrangères implantées au Maroc peuvent être concernées par les 3 régimes fiscaux suivants : régime de droit commun (taux à 30 % sur les bénéfices), régime optionnel (taux à 12 % sur le chiffre d'affaires), régime de « centres de coordination » (taux à 10 % sur le total des produits et des dépenses de fonctionnement). Pour information, le taux de TVA le plus courant appliqué est de 20 %.
Néanmoins, à côté de tous ces aspects positifs, on pourra juste regretter quelques failles au système économique marocain, telles que le coût encore élevé de l'énergie et des télécommunications, une indépendance des tribunaux toujours incertaine et quelques difficultés locales avec les douanes.
Retrouvez les réseaux de franchise au Maroc en vidéo
* En mars 2012, un euro vaut environ 11 dirhams.
Vu dans L'Entreprise n°309
Audrey, rédactrice AC Franchise

Articles similaires

Master-franchise : le modèle marocain ?

par Hajer Kacem - 2 mois

Soutenu par les pouvoirs publics marocains et boosté par les nouvelles habitudes de consommation au royaume, le secteur de la franchise conna...

Maroc : le royaume du low cost chic

par HK - 2 mois

Tati, Kiabi, LC Waikiki, nombreuses sont les marques dites low cost qui déploient leur réseau de franchise au Maroc. Un déploiement souvent ...

Franchise au Maroc : le contrat loi des parties

par HK - 2 mois

Ne bénéficiant  pas de cadre juridique spécifique, la franchise est régie par les lois de droit commun au Maroc.   Certaines précautions son...

Informations clés

  • Crée le: 22/03/12 01:00

Les franchises qui recrutent