La définition du savoir faire en franchise et comment le protéger

Le savoir faire est un élément fondamental de la franchise : il doit être identifié, substantiel, distinctif, transmissible et, disait-on, "secret"; on dit plutôt désormais que l'ensemble constitué par le savoir-faire ne doit pas se trouver chez tout le monde et doit comporter des composantes propres au réseau. Une fois bien établi, ce savoir faire doit pouvoir évoluer avec le temps et dans tous les domaines où la franchise est présente. Il est présent à travers le point de vente, la bible et la communication.
Le magasin pilote est celui qui en premier servira de références et de modèle pour la duplication. Il sert aussi souvent d'école de formation pour les nouveaux franchisés du réseau mais aussi pour les franchisés en activité qui viennent y chercher lors de la formation continue les nouveautés de l'enseigne. C'est celui qui a été le premier point de vente du réseau, qui a essuyé les plâtres et qui permet aux franchisés suivants d'éviter les erreurs de débutants.
Afin d'être identifié, une enseigne se doit de penser à tous les détails qui rallieront les clients : aménagement intérieur, meubles, cabines d'essayage, caisse, etc tout doit concourir à donner l'identité de la marque. Tous ces éléments sont des valeurs ajoutées qui donnent des points d'identification à votre enseigne. Son côté substantiel veut dire qu'il sert vraiment à quelque chose et apporte un "plus" par rapport à ceux qui ne sont pas dans le réseau.
Ce savoir faire doit être transmissible : la bible et la formation sont faites pour cela. Le franchisé doit pouvoir y trouver toutes les informations dont il a besoin dans son activité. En tant que franchiseur, il est important aussi d'avoir un feed back des franchisés pour l'améliorer. La parole passe, les écrits restent et permettent de progresser.
Le savoir faire doit être distinctif. C'est un point essentiel pour ne pas être copié par les concurrents. Il faut le protéger et le garder secret. Ne pas hésiter à faire faire un constat par huissier du contenu de votre bible et déposez une enveloppe Soleau (L'enveloppe Soleau, du nom de son inventeur, est une preuve d'antériorité d'une création) auprès de l'organisme chargé de la protection des marques et brevets dans votre pays, l'INPI en France ou l'OMPI au Maroc par exemple. De même lors du départ d'un franchisé, exigez la restitution de la bible.
Un savoir faire peut paraître abstrait et c'est pourquoi il faut le concrétiser le plus possible pour qu'il soit reconnu comme tel devant les tribunaux. En effet, une absence de savoir faire ou un savoir faire insuffisant peut avoir comme conséquence la nullité d'un contrat de franchise.

Articles similaires

Comment bien choisir sa franchise

par ST - 4 jours

C'est un moyen efficace de rester indépendant tout en accédant à une activité bénéficiant de l'image de marque, de l'expertise, d'un accompagnement et du soutien d'un réseau. De son côté le franchiseur donne un certain nombre d’informations quant ...

Franchise : Le ministre de l’industrie et du commerce répond à un député

par Jean Samper - 16 jours

Le ministre tunisien de l’industrie et du commerce, Zied Laâdhari a répondu au député Imed Daimi qui s'alarmait de la progression du nombre d’autorisations de franchise accordées par le ministère de l’industrie et du commerce, au moment où le pays...

Le franchisé est-il un entrepreneur pour nos amis canadiens ?

par Christian Champagne - 29 jours

Une grande question qui oppose encore aujourd’hui bon nombre d’intervenants en franchise et en entrepreneuriat est : est-ce qu’un franchisé est ou non un entrepreneur? Les réponses sont partagées au sein de la communauté entrepreneuriale. Et vous,...

Informations clés

  • Crée le: 21/12/10 01:00

Les franchises qui recrutent