Enquête sur la franchise au Québec : mieux-être professionnel et besoins de formation

Le profil des franchisés et franchiseurs québécois étudié à la loupe ? Telle est l'ambition d'une étude publiée par ProfilSoft en janvier 2012. Après un descriptif de la méthodologie utilisée et de leurs comportements clés au travail, concentrons-nous sur les questions du mieux-être professionnel et de leurs besoins de formation à partir de critères précis. Autant d'enseignements que l'on peut dupliquer aux réalités de nos franchises, en France.

Quel aperçu du mieux-être professionnel des franchiseurs et franchisés ?

Selon cette étude, il s'agit d'un public qui se croit apte à contrôler ce qui arrive par le biais d'efforts individuels et qui détient un bon niveau de confiance et lui. En matière de résistance au stress. Les réponses des franchiseurs et des franchisés indiquent qu'ils s'adaptent aisément à leur situation personnelle et à leur environnement d'emploi. Ils sont en bon équilibre. C'est une population qui a tendance à à négliger certains aspects de leur bien-être physique et qui semblent montrer quelques symptômes de surmenage.

Quelles mises en garde pour une meilleure performance ?

Cette étude publiée par ProfilSoft en lien avec le Conseil québécois de la franchise donne également quelques clés pour mieux appréhender les conditions de performance des franchiseurs et des franchisés. 
Si cette performance passera nécessairement par une structure qui facilite leur intégration et leur productivité, les franchiseurs et les franchisés ont besoin d'être accueillis par une personne qui leur ressemble. L'intégration doit être variée, intéressante et mixte, tant théorique que pratique.
C'est une population qui doit apprendre à planifier son temps et ses activités mais qui est hostile au travail répétitif et a besoin d'un contact continu avec de nouvelles personnes. Elle a besoin de temps pour faire son apprentissage.

Quels sont les besoins de formation ?

Dans ce contexte, Profilsoft établit une grille d'analyse des besoins de formation des franchiseurs et des franchisés québécois.
Selon les résultats obtenus, 63 % des personnes interrogées auraient besoin d'acquérir des techniques de communication (obtenir l'information, fournir l'information, vérifier la compréhension), 50 % auraient besoin de perfectionnement en planification/stratégie (organisation et clientèle, gestion de temps, stratégie d'intervention), 47 % auraient besoin d'acquérir des techniques de gestion du capital humain (planification, critères de sélection, décision d'embauche), 70 % auraient besoin d'acquérir des techniques de supervision (standards de performance, aide et support aux gens, planning et priorités, prise de décisions).
Audrey, rédactrice AC Franchise

Articles similaires

Master-franchise : le modèle marocain ?

par Hajer Kacem - 2 mois

Soutenu par les pouvoirs publics marocains et boosté par les nouvelles habitudes de consommation au royaume, le secteur de la franchise conna...

Maroc : le royaume du low cost chic

par HK - 2 mois

Tati, Kiabi, LC Waikiki, nombreuses sont les marques dites low cost qui déploient leur réseau de franchise au Maroc. Un déploiement souvent ...

Franchise au Maroc : le contrat loi des parties

par HK - 3 mois

Ne bénéficiant  pas de cadre juridique spécifique, la franchise est régie par les lois de droit commun au Maroc.   Certaines précautions son...

Informations clés

  • Crée le: 25/04/12 02:00

Les franchises qui recrutent