Bilan 2008 de la franchise en Espagne

Le secteur de la franchise a ralenti sa croissance, 2,8% en 2008. La franchise en Espagne n'a jamais connu une année aussi difficile depuis qu'elle a commencé à se développer.
Concrètement, le secteur a obtenu un chiffre d'affaires de 20 869 millions d'euros contre 20 301 millions en 2007 (croissance 2007 : 5.6% par rapport à 2006).

Bien que les chiffres ne soient pas ceux de 2006, ils sont toutefois bien supérieurs au commerce indépendant. Le secteur a démontré une meilleure résistance aux situations difficiles que l'économie moyenne.
Il faut également dire que le secteur de la franchise a réduit de 71,7% le nombre de ses ouvertures para rapport à 2007 et de 145,6% par rapport à 2006. Sur 2008, 704 ouvertures ont vu le jour contre 2 488 en 2007.
Cette forte baisse peut être attribuée au grand nombre de fermetures du secteur immobilier et financier ainsi qu'à la diminution des ouvertures des chaînes.
Actuellement, le nombre total de franchises qui opèrent en Espagne est 968 enseignes soit 7% de plus qu'en 2007. Les entreprises sont donc toujours intéressées pour croître sous le modèle de la franchise.

Investissement et emploi
Les investissements se sont élevés à 7 273 millions d'euros, 3.9% de plus qu'en 2007. Les difficultés de financement, rendent les concepts à faible investissement plus facile à développer.
Le secteur de détail ou de distribution est celui qui a réalisé les plus gros investissements soit 57% du total, viennent ensuite le secteur des services (23%) et de l'hôtellerie (20%).
En ce qui concerne l'emploi, le secteur de la franchise a généré 297 366 emplois directs, soit + 3.7% contre 286 137 créé en 2007. Les chiffres se maintiennent donc, malgré la crise.
Les perspectives pour 2009 sont encourageantes mais elles demanderont de gros effort pour garder le niveau.

Financement de nouvelles franchises :
La crise financière amène les franchises espagnoles à jouer un rôle plus important dans le financement de leurs franchisés, si elles veulent maintenir leurs ouvertures.

Les enseignes agissent comme des intermédiaires entre les entités financières et les franchisés. Cette formule d'aide aux transferts de prêt est un outil qui a toujours existé ; mais avec la crise, les franchiseurs découvrent cette possibilité.
Il y a un an seulement, il suffisait d'avoir 30% du capital pour ouvrir une nouvelle franchise. Désormais, un franchisé devra acquérir 70% de fond propre avant d'ouvrir un nouvel établissement. Il y a également une tendance à la baisse des droits d'entrée. L'investissement initial a diminué et les paiements des stocks sont plus flexibles.
Moins fréquent, mais également en développement, les franchiseurs financent eux-mêmes l'ouverture des franchisés sous certaines conditions. Cependant, cette formule est à double tranchant. Certes le franchiseur ouvrira de nouvelles franchises et pourra ainsi accroître son chiffre d'affaires mais il n'est pas une entité financière, il n'en connaît pas les rouages, il court le danger que les franchisés ne le remboursent pas et qu'il se créé des conflits entre franchisés s'il privilégier le financement de certains franchisés.

Articles similaires

Master-franchise : le modèle marocain ?

par Hajer Kacem - 2 mois

Soutenu par les pouvoirs publics marocains et boosté par les nouvelles habitudes de consommation au royaume, le secteur de la franchise conna...

Maroc : le royaume du low cost chic

par HK - 2 mois

Tati, Kiabi, LC Waikiki, nombreuses sont les marques dites low cost qui déploient leur réseau de franchise au Maroc. Un déploiement souvent ...

Franchise au Maroc : le contrat loi des parties

par HK - 2 mois

Ne bénéficiant  pas de cadre juridique spécifique, la franchise est régie par les lois de droit commun au Maroc.   Certaines précautions son...

Informations clés

  • Crée le: 04/03/09 01:00

Les franchises qui recrutent